Et parmi les gens, il y a celui qui prie mais dont le coeur est absent lors de la prière.

Il est sur une rive et la prière est sur une autre rive.

Il ne prie qu’avec son corps et non avec son coeur.

Son coeur est distrait par les oeuvres de ce bas-monde, par les pensées et les réflexions et il ne trouve aucun gout à la prière.

Il ne lui est pas demandé de refaire sa prière, car il a certes prié en apparence.

Toutefois, sa récompense sera fonction de ce qu’il a réalisé consciemment de celle-ci et de ce qu’il en aura accomplit le coeur attentif.

Charh zaad al moustaqni’ page 279

Traduit par Abdoullah Abou Khouzaymah

Publié par la page Al Firqatou An-Nâjiyatou

Cheikh Salih Bin Fawzan Bin ‘Abdillah Al Fawzan – الشيخ صالح بن فوزان الفوزان