Question :

As salam Alayka cheikhannah, j espère que vous allez bien.

Voici la question de la semaine min fadlikoum :

Beaucoup de nos frères et soeurs ici en occident, rate la prière de dohr ou Asr à cause de l’école et certains ne trouvent pas d endroits ou de pause pour prier…

Est ce que cette situation rentre dans les difficultés ou gêne de la législation islamique permettant de faire le djam3 entre ses deux prières ?

Baaraka Allâh fik

Réponse :

Wa alaykoum as salam Wa rahmatuAllâh Wa barakatuh.

Avant de répondre à votre question, il est important de souligner une chose importante, ça concerne ce problème cité dans votre question, car dans les pays des mécréants (kouffar) les musulmans ne peuvent pas vivre leur religion convenablement, comme pratiquer les prières en groupe dans leurs temps exigés et autres, et cette situation n’est pas acceptable pour le musulman qui craint Allâh et croît au jour dernier de rester avec eux, bien au contraire il est obligé de faire la hijra pour qu’il puisse obéir à Allâh en toute liberté et tranquillité.  

Pour revenir à votre question, si quelqu’un ne peut pas faire sa prière en son temps, et craint que de ne pas pouvoir la faire dans son temps, il a le droit de regrouper entre dohr et el-asr ou entre el-maghreb et icha, soit au temps de la première prière, c’est-à-dire avancer la prière el-asr au temps du dohr, et les faire toutes les deux en même temps, ou avancer el-icha au temps du maghreb et les faire en même temps.

Mais je tiens à redire que ce fait n’est pas autorisé en toutes circonstances mais se fait dans des cas de nécessité réelle !

Baaraka Allâh fikoum

Question/réponse en français sur le compte Whatsapp de Cheikh le 20/01/2019, par le frère Zakaria Abou Neyla

Publié par la page Sur la trace de nos prédécesseurs

Cheikh Nadjîb Djelouah – الشيخ نجيب جلواح