Il existe ici, sur ce sujet, une question jurisprudentielle, qui est de savoir si une personne peut faire usage du siwâk alors qu’elle est en état de jeûne ?

Il existe deux paroles des savants quant à l’usage du siwâk en fin de journée :

Ceux qui disent qu’il ne doit pas l’utiliser car le siwâk fait disparaître l’haleine du jeûneur, celle exhalée de la gorge, et qu’il ne doit donc pas faire usage du siwâk.

Le second avis est qu’il peut en faire usage, et c’est l’avis correct car le Prophète ‎صلى الله عليه وسلم a dit : 

«Si je ne craignais pas de mettre ma communauté dans la gêne, je leur aurais imposé le siwâk à chaque prière».

Et on sait que la prière du ‘asr se trouve en fin de journée et il est légiféré à l’Homme d’utiliser le siwâk lors de chaque prière, qu’il soit en état de jeûne ou non.

Ce hadîth prouve donc que la personne, qu’elle soit en état de jeûne ou non, use du siwâk, que ce soit en début et en fin de journée.

Du fait de sa parole :

«Si je ne craignais pas de mettre ma communauté dans la gêne, je leur aurais imposé le siwâk à chaque prière»

et du fait que la prière du ´asr se trouve fin de journée et qu’il a été ordonné d’utiliser le siwâk lors de toutes les prières -s’agissant ici d’un ordre de recommandation et non un ordre imposant obligation-, cela prouve donc que le jeûneur peut faire usage du siwâk en fin de journée.

Puis, sur leur parole disant que l’haleine disparaîtra : Même si l’utilisation du siwâk fera apparaître une bonne odeur, la mauvaise odeur remontera tout de même (de la gorge) et cette haleine résultant du jeûne reviendra.

Le siwâk ne doit donc pas être délaissé à cause de ce hadîth, puisque rien ne s’y trouve le prouvant.

Mais qu’au contraire, ce qui est clairement prouvé se trouve dans le second hadîth, à savoir sa parole ‎صلى الله عليه وسلم :

«Si je ne craignais pas de mettre ma communauté dans la gêne, je leur aurais imposé le siwâk à chaque prière».

Traduit et publié par cerclesciences.fr

Cheikh ‘Abdel Mouhsin Ibn Hamed Al ‘Abbâd Al Badr – الشيخ عبدالمحسن بن حمد العبَّاد البدر